Chapitre 1

Les coïncidences

« Une fois, quand elle était enfant, elle m’avait dit qu’elle s’attendait à mourir jeune. Puis elle a eu un cancer qui s’est développé rapidement, et elle est morte dans la trentaine. Ça m’effraie énormément d’y penser. Je ne peux pas l’expliquer, mais je ne peux pas non plus l’ignorer. »

Les gens en deuil sont parfois frappés par une coïncidence qui déclenche une vague d’émotions vives.

« Un an après le décès de ma mère, j’essayais de me rappeler la dernière fois qu’on s’était parlé. Puis je suis tombé sur un message vocal qu’elle m’avait laissé il y a un an : « Souviens-toi combien je t’aime. » J’ai eu l’impression qu’elle parlait de la perte que je ressentais ce jour-là. »

On peut essayer de trouver un sens à ces coïncidences. Il n’y a pas toujours d’explication. Une coïncidence risque de devenir problématique si vous y voyez un mauvais augure : « C’est signe qu’il va m’arriver un malheur. » Il est plus sain d’y voir un réconfort : « C’est un signe rassurant. »