Chapitre 2

Pourquoi je me sens tellement coupable?

Vidéos
Le deuil s'accompagne souvent de sentiments de culpabilté.(3:22)Video transcript

Les personnes endeuillées se sentent souvent coupables de choses qui échappaient à leur contrôle. Dans certains cas, le sentiment de culpabilité résulte d’une décision prise de bonne foi et qui, pour une raison ou une autre, n’a pas donné le résultat voulu. Parfois, il s’agit d’une culpabilité secrète, difficile à avouer à autrui. Par exemple, on peut se sentir responsable du décès ou regretter de n’avoir pas insisté pour prendre rendez-vous plus tôt avec le médecin, ce qui aurait pu prévenir la maladie. Certains regrettent de ne pas avoir poussé davantage le défunt à régler certains aspects de sa succession.

Vous pourriez vous sentir coupable de décisions que vous avez prises quand vous preniez soin de la personne mourante.

« Au fond de mon cœur, j’ai le sentiment de l’avoir laissée tomber. Le cancer, la souffrance, le fait d’être vivant alors qu’elle est morte… J’ai l’impression que j’aurais pu ou dû en faire davantage. »

« En acceptant qu’on cesse de nourrir mon mari pendant ses derniers jours, j’ai le sentiment de l’avoir condamné à mourir. J’en ai parlé au personnel soignant, je sais que ce n’est pas le cas et que c’était la bonne chose à faire, mais ça continue de me tourmenter. »

« J’hésitais à lui dire certaines choses au sujet de notre relation, des secrets que j’avais enfouis… maintenant, il est trop tard. »

« Il voulait seulement revenir une dernière fois à la maison. J’ai eu beau me battre avec les médecins, ils ont maintenu qu’il était dangereux de le déplacer. Ça lui a fendu le cœur. Peut-être que si j’avais insisté un peu plus… mais qui sait… ça l’aurait peut-être tué, et alors, où est-ce que j’en serais? »

« Mon plus grand regret, c’est que maman soit morte avant l’arrivée de mon frère. Aucun de nous ne lui avait parlé depuis des années, et nous avons même hésité à le contacter quand elle est tombée malade. Quand nous avons fini par le faire, tout est allé si vite qu’ils n’ont pas eu le temps de se voir. Peut-être qu’ils auraient pu se réconcilier… »

Comprendre votre culpabilité

Vous aviez peut-être des attentes déraisonnables envers vous-même quand vous preniez soin de la personne mourante.

Que pouvez-vous raisonnablement exiger de vous-même? Rappelez-vous que c’est un grand accomplissement que de faire de son mieux pour accompagner quelqu’un en fin de vie. C’est peut-être suffisant.

Les humains ont parfois beaucoup de mal à pardonner. Se pardonner à soi-même n’est pas toujours facile, mais c’est possible et nécessaire si on veut aller de l’avant.