Chapitre 2

La perte d’un conjoint ou d’un partenaire

Vidéos
Il est important que je ne sois pas un fardeau pour les autres(3:22)Video transcript
ma vie a changé après la mort de Julien(3:22)Video transcript
Nous devons accepter notre vulnérabilité.(3:22)Video transcript

Le décès de votre époux, de votre épouse ou de votre partenaire peut se traduire par plusieurs pertes. Le simple fait de les nommer vous aidera à comprendre votre deuil et la façon de vous adapter à la vie sans cette personne.

Voir aussi le module 6 : Gérer les situations difficiles (chapitre 3, « Vivre sans mon conjoint ou mon partenaire »).


La perte d’identité

« Suis-je encore une épouse maintenant que mon mari est mort? »

Nous nous définissions en fonction de nos relations avec les autres. Nous sommes des enfants, des parents, des frères ou des sœurs, des collègues, des voisins, des amis, des conjoints.

« Mon partenaire était dans les forces armées. Suis-je encore l’épouse d’un militaire? »

Le décès d’un proche peut perturber votre sentiment d’identité. Plus la relation était importante, plus l’impact est grand.

La perte d’intimité

« Son toucher, son odeur, la sensation de sa peau sur la mienne me manquent tellement! Parfois, dans le lit, je serre un oreiller contre moi en m’imaginant que c’est lui. »

Si votre conjoint ou partenaire est mourant, le manque d’énergie ou d’autres problèmes médicaux pourraient susciter une perte d’intimité sexuelle.

La perte d’un partenaire intime va bien plus loin que le sexe. Pour certains couples, l’intimité a moins à voir avec la sexualité qu’avec la proximité physique. On perd la personne contre qui on se blottissait au coin du feu, la main qu’on serrait pendant un film d’horreur, la personne qui nous massait la nuque après une dure journée.

La perte d’une vie sociale

« Tout le monde nous appelait Vincent et Anne. Maintenant, je ne suis plus qu’Anne. »

Il peut être difficile de reprendre votre vie sociale sans votre conjoint ou partenaire à vos côtés.

S’il relançait toujours la conversation ou si elle était plus naturellement sociable que vous, le deuil peut ressembler à l’apprentissage d’une langue nouvelle.

Même s’il peut sembler bizarre de renouer avec vos amis et vos connaissances, la bonne nouvelle, c’est que « la première fois » n’arrivera qu’une fois. Vous finirez par vous habituer au nouveau paysage social et vous y trouverez votre place.

La perte d’une routine« Tous les matins, il m’apportait mon café au lit. C’est un de nos rituels qui me manquent le plus. »

La perte d’un partenaire changera votre quotidien et vos routines. Par exemple, vous pourriez avoir du mal à conserver votre habitude de vous lever et d’aller travailler à une heure précise. Vous pourriez vous sentir perdu et désorienté si les choses ne suivent plus leur cours normal comme avant.

Il pourrait être utile de redonner une certaine structure à votre vie. Essayez de donner de la souplesse à votre horaire quotidien pour pouvoir le modifier selon votre humeur. Ce retour à la routine vous aidera à rétablir votre sens de l’organisation et votre concentration.

La perte de sécurité

« Je me fais toujours du souci pour l’équilibre de notre budget. Elle a toujours été bien meilleure que moi dans ce domaine. »

À la mort de votre conjoint ou partenaire, vous pourriez ressentir une perte de confiance en vous ou un sentiment d’insécurité. Vous comptiez peut-être beaucoup sur la personne décédée pour vous aider dans vos tâches quotidiennes ou pour vous sortir du pétrin.

« Être toute seule dans la maison, ça me rend très nerveuse. »

Vous vous sentiez peut-être davantage en sécurité avec quelqu’un qui se souciait de vous à vos côtés. Le monde peut devenir effrayant une fois que cette personne est partie.